ACCUEIL MADA. HISTOIRE MADA. GEOGRAPHIE MADA. DIVERS
PUBLICATIONS MEDIAS LIENS UTILES FORUM
Archives actualité Archives analyse Annonces Invités Partenaires Soutien Contact

Nouvelles et actualités ...



Comptes bancaires de Tantely Andrianarivo : Enquête judiciaire Suisse le 08-07-2004 à 08:36


La Justice suisse s’intéresse aux dépôts bancaires effectués par l’ancien premier ministre Tantely Andrianarivo en République helvétique. En vertu d’une demande d’entraide judiciaire acceptée par Madagascar, Patrick Lamon, procureur fédéral du ministère public, a été dépêché du 29 juin au 4juillet par les autorités suisses pour « rechercher des informations et preuves devant permettre d’établir si oui ou non, les revenus transférés en Suisse (par Tantely Andrianarivo, ancien Premier ministre. Ndlr) proviennent d’activités délictueuses commises à Madagascar ». Le communiqué officiel signé par Benoît Girardin, chargé d’Affaires a.i. de Suisse à Madagascar, a parlé de « personnalité malgache », mais elle a été identifiée selon diverses sources, comme le dernier Premier ministre de l’Amiral. Le procureur Patrick Lamon s’est déplacé à Tana « sur la base d’un solide soupçon de blanchiment d’argent ». Une « quinzaine » de personnes ont été auditionnées mercredi 30 juin dernier dans le cabinet et en présence de Herinirina Rabetrena, doyen des juges d’instruction au parquet d’Anosy. Selon un magistrat, elles ont été auditionnées pour infractions à l’article 305 bis du code pénal suisse sur le blanchiment d’argent. Le montant des dépôts suisses n’a pas été révélé, mais une source proche du ministère de la Justice, Faravohitra, révèle qu’ils seraient « un peu en deçà des sanctions pénales » infligées le 23 décembre 2003 à l’ancien Premier ministre. 42 milliards d’amendes, 100 milliards de dommages-intérêts. « Le gel des dépôts a été envisagé ne serait-ce que pour les payer » a-t-il avancé. Selon le communiqué officiel, les conclusions préliminaires de l’enquête ont été remises mardi au ministre de la Justice Lala Ratsiharovala à laquelle le procureur fédéral a rendu une visite de courtoisie avant son départ. Depuis quelques années, la Suisse semble avoir voulu se débarrasser de l’image encombrante d’un pays aux banques-refuges de l’argent sale. Depuis 2002, les banques suisses sont tenues, selon la représentation suisse à Antananarivo, « d’annoncer aux autorités judicaires tout transfert d’argent suspect sur des comptes ou tout dépôt en espèces d’une certaine importance. Les dispositions visent particulièrement les personnalités dépositaires de l’autorité publique qui doivent en particulier être en mesure d’établir de manière convaincante la source des revenus qu’elles déposent en Suisse. Actuellement, divers cas de ce type concernent des citoyens européens, latino-américains et africains ».

(extrait de L'Express de Madagascar du 08/07/04)

Imprimer cet article  Envoyer cet article à un ami  Retour à la page précédente

par webmastafa